Depuis quelques années les attaques et les actions des "anticorridas" sont plus nombreuses plus insidieuses et parfois violentes et bénéficient de soutiens très médiatiques.
Même si ces actions, parfois très virulentes, ne sont pas prêtes d'aboutir en France, il n'en demeure pas moins que les aficionados doivent réagir et doivent avoir la liberté d'assister aux spectacles taurins.
Si un jour cet abolitionnisme atteignait la corrida il est certain qu'alors les prochaines victimes seraient la course camarguaise, les abrivados et tous les spectacles taurins.

Accueil | Nous contacter | Mentions légales | Copyright 2020 aficion.org |Tél 04 67 86 40 55 - 06 22 18 80 29 | email: aficion3@gmail.com

Association de défense des tauromachies - Sommières

Juillet 2022:   Révision du Règlement Taurin Municipal Français

Chers amis aficionados,
Suite aux États Généraux des Tauromachies, au terme de plusieurs mois d'un travail collectif, la FSTF a adressé à l'UVTF, seule décisionnaire en la matière, un projet de révision du Règlement Taurin Municipal Français qu'elle lui avait commandé.

En l’absence à ce jour de réponse de l’UVTF nous rendons publiques nos propositions. Le règlement, qui fixe les conditions de son déroulement, est un des fondements majeurs de la corrida. Au nom d’intérêts mercantiles il est aujourd’hui malheureusement trop souvent bafoué, sans qu’interviennent les instances chargées de le faire respecter.

En même temps depuis ses débuts la corrida a toujours évolué et avec elle les règlements. Il était temps de toiletter l’actuel et d’approfondir plusieurs axes avec un but majeur, garantir une corrida éthique et authentique. Faute de quoi celle-ci disparaîtra en en se transformant en un spectacle purement commercial sans émotion.

Voici quelques un des axes du nouveau règlement que nous proposons :

-affirmation dès son préambule de l’éthique comme élément consubstantiel de tout spectacle taurin,
-insertion des dimensions et cotes de tous les instruments utilisés dans chaque type de spectacle, notamment les piques,
-amélioration du statut des présidences, formation et indépendance,
-défense des droits des spectateurs,
-extension de l’application des dispositions de ce règlement à l’ensemble des professionnels et à la totalité des villes taurines.

Les liens suivants vous donneront accès à deux versions du document:

- le RTMF révisé selon nos propositions : https://drive.google.com/file/d/13eaWYt8HNh6XsAHhuG7dwrOHFI0iA99G/view ?usp=sharing
- une version comparée au RTMF en vigueur tel qu’il est affiché sur le site de l'UVTF: https://drive.google.com/file/d/14VuTQFKJtjXbWfEH2qrf864ws21QubJ4/view?us p=sharing

Il ne reste plus qu’à former le vœu de voir l’UVTF partager l’analyse et accepter les propositions de l’afición qui aura fait sa part de travail. Avec nos remerciements pour vos contributions, conseils et avis salutations taurines et amicales.

Dominique Valmary

Quelques vérités sur la corrida

La tauromachie est un moment de partage chargé d'émotions, créateur d'art et de beau.
« C'est la fête du courage, c'est la fête des gens de cœur » proclame Georges Bizet dans Carmen.
Au-delà de leurs origines millénaires, du patrimoine qui leur est commun et de leur diversité,
les tauromachies dépassent largement l'enracinement régional et l'identité méditerranéenne
habituellement revendiqués. La célébration de l'animal-roi est en réalité mondiale.
La fréquentation des manifestations taurines est importante : entre un million et un million et demi
de visiteurs à Bayonne, un million à Nîmes, 400 000 à Arles, 900 000 à Dax, 630 000 à Mont de
Marsan, entre 35 000 et 70 000 à Vic-Fezensac bourg d’à peine 3500 habitants. (*)
Autrefois pratiquée dans presque toute la France (Roubaix, Paris, Cherbourg, Vichy...), la corrida est
autorisée aujourd'hui dans trois régions administratives méridionales - Nouvelle Aquitaine, Occitanie,
Paca - lesquelles constituent « la région de tradition taurine ininterrompue » fixée par la
jurisprudence.
La corrida est une des cultures populaires minoritaires reconnues par l'Unesco, protégée par le droit
européen, patrimoine immatériel culturel de la France depuis 2011 que la République doit défendre
et promouvoir.
78% des habitants des villes taurines considèrent que la corrida fait partie de leur patrimoine
culturel,
72% considèrent que les corridas ont leur place dans les fêtes,
71% sont opposés à toute mesure d'interdiction. (**)
Les particularités et exigences de proximité justifient une gestion rapprochée de ces territoires et
appellent à toujours plus de décentralisation des décisions les concernant.
Même si la pratique de la corrida est locale et d'essence populaire, son attractivité va bien au-delà de
la région et des pays d'implantation ; il existe des clubs taurins à Londres, Bruxelles, New York,
Chicago, Milan...
● Dans l'exercice de son art, le torero doit parvenir à maîtriser la violence naturelle de l'animal
afin de former avec lui un duo artistique éphémère mais réel.
Si une violence certaine émane de la corrida, elle est canalisée et sublimée par les rites, les codes et
les usages qui sont retranscrits dans le règlement taurin. Dans l'arène, la présidence et le public
veillent au respect de ces lois, à la préservation de l'éthique et de l’intégrité du taureau afin de
garantir la loyauté du combat.
La souffrance implique des caractéristiques cognitives et émotionnelles propres à l'homme, par
contre, la douleur est partagée par l'animal et par l'homme.
Le taureau brave n'est pas un bovin comme un autre. Sa physiologie, son anatomie, sa puissance et sa
combativité le distinguent du bétail domestique. Faire référence à des actes de torture envers lui n'a
pas de sens, la torture ne s'exerce que sur un adversaire contraint et entravé ce qui n'est pas le cas.
Loin de fuir, le taureau brave fait face et charge aussi bien dans l'arène que dans son milieu naturel.

● Aucune étude ne démontre de quelconques effets négatifs sur le comportement des jeunes en contact avec la tauromachie. Contrairement à d'autres activités sociales la corrida n'engendre de comportements violents ni chez les spectateurs ni chez les pratiquants. La corrida est porteuse de valeurs :  - respect : respect de l'animal depuis l'élevage jusque dans l'arène, respect de l'homme, respect entre tous.   - courage : si l'on considère le simple morceau de tissu et l'épée à la disposition de l'homme qui fait face à 500kgs de puissance et de rage. Démesure, sincérité et fragilité caractérisent l'exercice. Il ne faut jamais oublier que le taureau peut tuer ou blesser gravement à tout moment.  - solidarité : elle existe entre tous les hommes et femmes en piste, par les actions solidaires en faveur de professionnels en difficulté, au bénéfice de causes humanitaires et sociales...  Elle participe à l'intégration sociale des jeunes ; les écoles taurines éduquent, forment, elles sont des écoles de la vie.  Dans un monde où le virtuel tend à remplacer le réel, la corrida permet un regard lucide face à la mort. Les toreros font partie de ces êtres extraordinaires dont toute société a besoin pour nourrir ses mythes et légendes.
● L'existence de la race de taureau brave est liée à la corrida. Sans corrida, l'espèce disparaîtra. N'y a-t-il pas là une contradiction écologique à vouloir sa disparition, donc celle du taureau brave ? Il représente un capital et une diversité génétiques qu'il ne peut être envisagé de détruire. Par ailleurs, son élevage extensif entretient la diversité de la flore et de la faune, préserve des espaces naturels et valorise des milieux pauvres où l'agriculture est difficile voire impossible. Contrairement aux animaux de rente, le taureau naît et vit dans la nature pendant 3 à 5 ans, les vaches gestantes et les reproducteurs de 15 à 20 ans. Seulement moins de 10% est destiné aux arènes. Le taureau brave est respecté par les éleveurs, les toreros et le public pour ce qu'il est et non par anthropomorphisme. Contrairement à l'animal domestique ou à l'animal de compagnie, il n'y a pas d'aliénation du taureau à l'homme.  Ce taureau porte un nom, on connaît sa généalogie enregistrée dans les livres officiels, elle est conservée dans la mémoire des professionnels et des aficionados. Son respect par la présidence, les toreros, les aficionados et tout le public est constant, de sa naissance jusqu'à son combat dans l'arène. Tous aiment le taureau de combat. Il est juste de parler de culture du taureau.
● Les tauromachies sont à l'origine de la création de nombreuses fêtes et férias populaires dans les villes et les villages.  Elles ont un impact économique significatif, ponctuellement pendant la saison ainsi qu’à l'année par la création d'emplois permanents dans les élevages, chez les professionnels taurins, chez les artistes et les artisans, du fait aussi de l'écotourisme.  « Le commerce local : un chiffre d’affaire de 30 millions d’euros pour Bayonne, 7 millions pour Arles, 15 millions avec les environs. Nîmes 65 millions de recettes. En une féria la plupart des commerces locaux réalisent plus de deux mois de chiffre d’affaires et parfois bien davantage ». (*) Pour ne parler que de la corrida espagnole, en France le nombre de villes taurines où se pratiquent des corridas est supérieur à 60 et plus de 40 ganaderias sont répertoriées comme élevages de taureaux braves. Elle produit en outre des recettes fiscales et des cotisations sociales et finance souvent les animations

festives offertes gratuitement au public. L'afición nourrit aussi un maillage associatif très dense dépassant les régions reconnues de tradition taurine, s'appuyant sur la convivialité et la création de lien social au-delà des clivages politiques, confessionnels, sociaux et générationnels. Toutes les tauromachies, dont la corrida, sont porteuses des valeurs de respect et d'éthique. Elles apportent leur contribution à l'intégration sociale, à l'accès à la culture, à l'ouverture aux autres. La discipline et la rigueur qu'induit le combat d'un animal en public, fait que si l'afición est soucieuse de sa propre liberté elle est en retour respectueuse de ses devoirs.
● Enfin, la corrida est la pratique sociale qui a suscité et inspire toujours énormément de créations artistiques dans tous les modes d'expression culturelle (littérature, peinture, musique, arts plastiques, opéra, théâtre, cinéma, haute couture, artisanat d'art, gastronomie...). La corrida et l'ensemble des tauromachies constituent un phénomène sociologique culturel unique par l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qu'elles portent. Respecter les cultures minoritaires est un des fondements essentiels de la démocratie.

Argumentaire à la disposition des aficionados et des clubs taurins élaboré dans le cadre du CHANTIER 4 des États Généraux des Tauromachies - juillet 2022 -  Notes : (*) La Dépêche - Article Antoine Torres - Publié le 16/05/2020 à 05:08 (**) Sondage Ifop- Fiducial pour Sud Radio publié le 6 juin 2022  Bibliographie : - « 50 raisons de défendre la corrida » Francis Wolff, éd. Mille et une nuits 2010 - « Philosophie de la corrida » Francis Wolff , éd. Fayard 2007 - Tauromachies Universelles, catalogue et DVD, ONCT et UVTF  - « L’animalisme est un anti humanisme » Jean-Pierre Digard, éd. du CNRS 2018  - « L’imposture antispéciste » Ariane Nicolas, éd. Desclée de Brouwer 2020 - « Cause animale, cause du capital » Jocelyne Porcher, éd. Le bord de l’eau 2019 - « Le complexe des trois singes » Étienne Bimbenet, éd du Seuil 2017 - « El movimiento animalista, la producción animal y la tauromaquia. Una trilogia malavenida » Antonio Purroy, ed Temple

Modèle de lettre à votre député

Modèle de lettre à votre député

Monsieur le Député ou Madame la Députée

Votre collègue, le député Aymeric Caron a décidé de déposer une proposition de loi visant à modifier le Code Pénal. Si cette P.P.L recueillait une majorité de voix, cela entraînerait, ipso facto, l’interdiction de la corrida en France.

Voter ce texte serait une atteinte à la liberté et à la diversité culturelle, voter ce texte abolirait l'identité territoriale des régions reconnues de tradition taurine, véritable facteur de cohésion sociale, voter ce texte serait un contresens écologique.

Pour votre information, je vous adresse un document exposant ce qui pousse des millions de passionnés dans le monde, très nombreux en France, qui ne sont ni pervers ni sanguinaires à comprendre et entretenir la culture du taureau.

En tant que citoyen, je vous demande d'y prêter l'attention que mérite un sujet qui dépasse la sensibilité et la morale personnelles de chaque individu.


Je vous prie d’agréer Monsieur le Député ou Madame la Députée , l’expression de mes sincères salutations.

105 ième Congrès - Orthez

104 ième Congrès - Lunel

Cliquer sur chaque page pour l'agrandir

Cliquer sur chaque page pour l'agrandir