Depuis quelques années les attaques et les actions des "anticorridas" sont plus nombreuses plus insidieuses et parfois violentes et bénéficient de soutiens très médiatiques.
Même si ces actions, parfois très virulentes, ne sont pas prêtes d'aboutir en France, il n'en demeure pas moins que les aficionados doivent réagir et doivent avoir la liberté d'assister aux spectacles taurins.
Si un jour cet abolitionnisme atteignait la corrida il est certain qu'alors les prochaines victimes seraient la course camarguaise, les abrivados et tous les spectacles taurins.

Accueil | Nous contacter | Mentions légales | Copyright 2020 aficion.org |Tél 04 67 86 40 55 - 06 22 18 80 29 | email: aficion3@gmail.com

Association de défense des tauromachies - Sommières

La manade Fanfonne Guillierme recevait le Coup de coeur du Bureau de l’Amicale des Chroniqueurs le 6 juin 2008 ; Josée Jimenez remettait elle même le prix à son fils Hubert Espelly, fils de Christian et petit- fils de Jacques, en ces mots ; « Est-ce le hasard, est-ce le destin qui ont fait croiser les routes de Jacques et Fanfonne un jour de 1938 ? », le jeune Jacques Espelly, inexpérimenté alors, et celui de Fanfonne Guillerme, femme déjà accomplie dans ces choix de vie. ; rejoints plus tard par Armand, frère de Jacques, leurs destinées étaient liées. Respect, fidélité, que de points communs entre eux, avec cette passion de la bouvine qu’elle a sû communiquer et garder intacte jusqu’au bout ; confiant naturellement sa raison de vivre à ses gardians. Christian Espelly, qu’elle a vu naître et grandir, est venu à son tour continuer le fil de cette belle histoire. En 1989, la naissance du petit Hubert comblera les espoirs de descendance de la Grande Dame , et c’est avec cette passion enracinée, transmise par trois générations, que Hubert Espelly relève le défi et sait faire face à toutes les difficultés de la manade d’aujourd’hui pour transmettre à son tour la petite étincelle de la fé et les couleurs azur et or pour longtemps.
de Josée Jimenez Editions Sansouire 979-10-91985-40-2


Jacky Simeon est né en 1952 à Montpellier. Raseteur torero d’exception, lauréat de la Cocarde d’Or en 1983, il élève la course camarguaise à son apogée mais se voit contraint de quitter l’arène en 1990, après une grave blessure à l’artère fémorale qui le laisse presque mort. C’est la littérature qui le ressuscitera. Il publie son autobiographie Une Cocarde d’Or et de Sang (Actes Sud, 2002), puis un recueil de nouvelles De l’Eau, des Taureaux et des Hommes (Actes Sud, 2004) et un roman Le Cours du destin (Au diable vauvert, 2010). Il a été finaliste du Prix Hemingway en 2010 avec sa nouvelle Le Goût du sang. •979-10-307-0180-7
•DE JACKY SIMEON •EDITIONS AU DIABLE VAUVERT





Eleveur et cavalier, créateur de la célèbre manade aux couleurs rouge et vert, propriétaire de discothèque, ami des artistes, passionné de botanique mais aussi de littérature et d’opéra, Jean Lafont, mort en 2017 à 94 ans, est entré dans la légende de la Camargue de son vivant. Interrogeant ses souvenirs de grand raseteur mais aussi l’entourage du manadier, Jacky Simeon a fait mieux qu’écrire une biographie, il a su rendre vie à un homme au destin hors du commun, pour transmettre la mémoire et la culture camarguaise. •979-10-307-0522-2, •DDE JACKY SIMEON •EDITIONS AU DIABLE VAUVERT





Dédié au territoire cévenol et camarguais, ce recueil de nouvelles s'ouvre par la tragique évocation des inondations de septembre 2002 et relate les moments de terrible angoisse vécus par l'auteur, son fils et sa belle-mère lorsque le Vidourle menaça de les emprisonner définitivement. Consacrés au monde de la tauromachie, les textes suivants mettent en scène des personnages, des lieux et des anecdotes hauts en couleur comme le célèbre cocardier Vovo, les sombres heures vécues par la manade Rebuffat, l'indulto de Pescaluno de la manade Yonnet ou le moment douloureux d'un raseteur dévoilant sa maladie. Et c'est avec humour et dérision que Jacky Simeon se livre petit à petit, qu'il raconte ses pérégrinations durant son service militaire ou qu'il établisse un parallèle entre la course à la cocarde et la vie politique ou l'histoire de ses premières amours.. .2 novembre 2004 •ISBN : 978-2-7427-5337-6 •ACTES SUD






En Camargue, la vie paisible, entre terre et mer, de Vincent, fils d’ouvrier agricole, recueilli par un couple de riches manadiers, gérants d’un élevage de taureaux. Le récit mêle l’évocation de ses peines de coeur, amours partagées et moments de joie à celle des cultures taurines pour brosser le portrait de la Camargue, de son terroir et de ses hommes. Premier roman.de Jacky Simeon EAN : 9782846262255 169 pages Éditeur : AU DIABLE VAUVERT (01/02/2011)












Jacky Simeon EAN : 9782846264242 Éditeur : AU DIABLE VAUVERT (11/07/2013) DEUXIEME EDITION La course camarguaise de A à Z par une légende de la discipline. Le monde entier connaît la Camargue et ses gardians. La course camarguaise est une culture populaire et vivante qui rythme les étés du Languedoc. 11 juin 2020 AU DIABLE VAUVERT








Présentation des monuments funéraires (tombes, mausolées ou statues) célébrant la mémoire des plus célèbres taureaux de Camargue qui se sont illustrés dans la course camarguaise. L'ouvrage permet de comprendre les codes de ce sport et de s'initier à la culture ancestrale de ce terroir. RETOUR Jacky Simeon AU DIABLE VAUVERT DATE DE PARUTION : 2017-29-6, ,EAN-ISBN : 9791030701050












Documents photographiques accompagnés de commentaires De Serge POPOVITCH Editions Notre  Dame   1988 ref 021860












Au XIXe siècle les courses de taureaux en Camargue passent pour barbares et séditieuses. Aujourd'hui, les ferias qui y sont organisées attirent un public de plus en plus large. L'auteur explique comment Folco de Baroncelli (1869-1943), manadier et poète, a joué un rôle déterminant dans ce changement de perception. 2008 08/04/2008 Editeur Gaussen (Editions) ISBN 978-2-35698-000-7 EAN 9782356980007



Crée en 1999, le Livre Généalogique de la raço di Biou a pour vocation la sauvegarde et la promotion de ces animaux emblématiques du territoire de Camargue » Le Taureau « Raço di Biòu », anciennement dénommé Camargue, est un des emblèmes de la Camargue. Race, semi-sauvage, emblématique du paysage camarguais, elle est élevée de manière traditionnelle et extensive,  c’est-à-dire que le taux de chargement ne dépasse pas 1,4 UGB/hectare. La conduite des bêtes se fait à l’aide du cheval, la plupart du temps de race Camargue, et dans des équipements adaptés (clos de tri, toril, couloir de contention, char1 mais pas d’étable). C’est une race rustique adaptée aux milieux dans lesquels elle vit. Elle pâture toute l’année en extérieur, historiquement sur des sols marécageux et salés, non propices à l’agriculture (marais, roselières, sansouïres…). Cela permet ainsi de maintenir ouverts les milieux où vivent d’autres espèces animales et végétales sauvages. Elle n’est élevée ni pour la production de lait ni pour celle de viande mais pour participer à un sport, la course camarguaise. La sélection n’est pas basée sur des caractères zootechniques quantifiables mais sur l’aptitude à la course, le comportement en arènes. La Raço di Biòu est une race locale. En effet, l’ensemble de son effectif est concentré sur un faible territoire, constitué de quatre départements : l’Aude, les Bouches-du-Rhône, le Gard et l’Hérault. Elle est, par ailleurs, reconnue « menacée d’être perdue pour l’agriculture » par arrêté ministériel. L’effectif de femelles reproductrices est inférieur à 20 000 têtes. Depuis 2006, le Livre Généalogique de la Raço di Biòu (LGRB) détient l’agrément d’Organisme de Sélection (OS). En 2014, lors de son renouvellement, le LGRB s’est alors engagé à mettre en oeuvre un plan d’élevage afin de permettre un meilleur suivi des populations. Sa vocation est de conserver le potentiel génétique de la race afin d’en assurer sa sauvegarde. L’objectif de tout manadier, sélectionnant pour la course camarguaise, est de produire un Biòu d’Or. Ce titre est pour eux la récompense de leur travail, des efforts fournis et des sacrifices faits. Le rêve suprême est de voir naître à la manade un « dieutaureau »3, comme il n’en apparait que rarement. Les élevages de taureaux Raço di Biòu sont répartis sur deux régions : Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ils sont concentrés sur quatre départements du littoral méditerranéen : l’Aude, les Bouches du Rhône, le Gard et l’Hérault .



Sous le symbole de la veilleuse (lou calèu) de ses aïeux, emblème de la fidélité aux croyances provençales, Yolande Saint-Michel décrit, dans ce roman plein de vie, où fleurit l’amour de la Provence et de ceux qui y sont nés et en conservent les traditions, l’exaltante — mais dure vie — des Gardians de Camargue, les passionnantes courses de taureaux, les turbulentes et joyeuses farandoles. Des civilisations se sont éteintes, d’autres sont nées ; tout semble effacé, détruit, et pourtant tout recommence parce qu’au fond il y a l’éternelle foi, non seulement la foi chrétienne, mais la foi en toutes choses pour rebâtir, recréer. Et, tout naturellement, le legs moral poursuit, ininterrompu, son chemin dans les âmes. Lorsque, comme dans ce roman, l’impétueuse jeunesse rue dans les brancards, elle finit par retrouver en elle l’héritage spirituel ; des dissensions surgissent-elles entre le Croyant et l’Athée qui s’est détourné de la foi sous l’emprise de la guerre dégradante, dès qu’un malheur le touche, c’est dans la foi latente — qui est en lui-même et resurgit de son subconscient — que l’Athée puise le courage de surmonter l’adversité. Fêtes folkloriques du Pays d’Arles, joyeuses et trépidantes Mireilles, tambourinaires, troubadours d’antan, Gardians et leurs cavales blanches, razeteurs, feux follets des taureaux, sont le substratum des traditions, lien insécable de la foi. Date sortie  :01/01/1959     Editions   DEBRESSE EAN commerce : 9782307536697



Editions LEGENDE DE CAMARGUE   ASIN : B00453ZBRA Éditeur : C.C.C.C (1 janvier 2005)